Le coup d’état : Robespierre, Danton et Marat contre le premier parlement élu au suffrage universel masculin PDF, EPUB

Leur fonction une fois déchargée, ces hommes n’avaient aucun caractère public, mais ils ont résolu qu’ils se tiendraient ensemble afin de veiller sur les intérêts de la ville.


ISBN: 2363581431.

Nom des pages: 231.

Télécharger Le coup d’état : Robespierre, Danton et Marat contre le premier parlement élu au suffrage universel masculin gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

La prise de la Bastille, la déclaration des droits de l’Homme, l’exécution de Louis XVI, l’insurrection en Vendée… L’histoire de la Révolution, on croit en connaître les grandes lignes. Mais ce que furent, au jour le jour, les débats et les doutes des hommes qui représentaient le peuple à la Convention, nous n’en avons pas l’idée. Pas plus que des sentiments qui pouvaient agiter les protagonistes, ni de ce qui, dans leurs décisions, était dicté par les circonstances, les affinités, la peur ou le ressentiment. Au plus près de leurs échanges, à la tribune de l’Assemblée ou dans les clubs, au fil de leurs Mémoires et de leurs correspondances, c’est ce tableau extraordinairement vivant, incarné, passionné, que Pedro J. Ramirez met ici au jour. Pour mieux dévoiler comment, au printemps 1793, la minorité de la Chambre a pu prendre le pas sur la majorité modérée. Et établir, à l’issue d’un véritable coup d’État, un régime de terreur qui a définitivement éloigné la Révolution de son idéal démocratique.

Pedro J. Ramirez a fondé et dirigé le quotidien El Mundo, à la tête duquel il a acquis une grande notoriété en Espagne, en dénonçant notamment les affaires de corruption touchant le gouvernement. Révoqué pour cette raison en janvier 2014, il se consacre plus particulièrement depuis à la rédaction d’ouvrages d’histoire. Il témoigne ici de l’érudition d’un spectateur fervent de la révolution française, du talent d’un grand journaliste et de la distance critique d’un homme qui sait le prix de la liberté d’opinion et la violence du pouvoir.

La sécheresse avait provoqué un échec des récoltes en 1788, et l’hiver était très sévère. Sagnac, qui «détenait le droit de pleine propriété, qui ne devait pas au moins un loyer, ou quelque autre dû, en reconnaissance de la seigneurie». Presque toutes les terres payaient quelque chose, soit en argent, soit en une partie des récoltes, à un ou à un autre seigneur. En réalité, au moment même où le roi prêtait serment, il ne pensait qu’à sa sortie de Paris, sous prétexte d’aller revoir l’armée.

N’est-ce pas Lui qui, depuis le commencement des temps, a décrété pour tous les âges et pour tous les peuples la liberté, la bonne foi et la justice. Le coup d’État de Fructidor (septembre 1797) contre les royalistes fut suivi du coup de Floréal (mai 1798) contre les Jacobins, puis de celui de Prairial (juin 1799) contre les deux. Danton, Robespierre et Marat s’y opposèrent énergiquement. Parmi ceux qui avaient siégé à la Convention, les anti-jacobins étaient généralement préférés.