Les serviteurs funéraires royaux et princiers de l’Ancienne Egypte PDF, EPUB

L’illustration de cette période montre Akhenaten et son épouse Nefer-titi, ou Neferneferuaten, adorant l’Aton, le disque solaire.


ISBN: 2711845648.

Nom des pages: 227.

Télécharger Les serviteurs funéraires royaux et princiers de l’Ancienne Egypte gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

La collection des serviteurs funéraires (chaouabtis, ouchebtis) du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre compte plus de 4200 statuettes. Ce premier volume est consacré aux figurines de pharaons et de membres de la famille royale.
Objet très représentatif de la civilisation égyptienne, le serviteur funéraire est lié à une croyance selon laquelle le mort, qu’il soit d’ascendance royale ou non, doit participer à la production de la nourriture indispensable à sa survie dans l’au-delà. En se substituant à son propriétaire, le chaouabti lui évite les inconvénients liés à un labeur harassant… et éternel. Ce rôle magique du chaouabti a déterminé la typologie de l’objet, dont l’allure reste quasi constante tout au long des deux millénaires au cours desquels son existence est attestée. Les chaouabtis royaux et princiers n’échappent pas cette uniformité, dont la monotonie apparente est pourtant rompue par de nombreuses et précieuses variations de détail.
La collection du Louvre compte 167 exemplaires, complets ou fragmentaires, appartenant aux pharaons les plus illustres – Aménophis III, Séthi Ier, Ramsès III et Ramsès IV – et à d’autres moins connus, tels Senkamanisken, Pinedjem Ier et Népheritès Ier.
La famille royale n’est pas en reste, puisque le Louvre conserve aussi le seul serviteur complet connu de la reine Tiy, et un échantillonnage de statuettes appartenant à des épouses et filles royales de la Troisième Période intermédiaire : Henouttaouy, Maâtkarê, Karomama, Aménardis… Le musée peut en outre s’enorgueillir de posséder la série la plus complète des chaouabtis du célèbre fils de Ramsès II, le prince Khâemouaset.
Les tranches chronologiques et les personnages sont présentés dans une introduction générale qui précède l’étude détaillée des statuettes ; pour répondre aux attentes des chercheurs et des collectionneurs, l’accent a été mis sur la bibliographie et sur la bibliographie comparative. Chacun des serviteurs fait l’objet d’une étude spécifique, avec la photographie de ses quatre faces, le fac-similé de l’inscription hiéroglyphique et sa traduction.

Ces structures n’ont pas pu être construites rapidement mais ont été préparées avec prévoyance. Les Égyptiens croyaient qu’un dieu incarné prenait la forme d’un animal. Les rois ont montré du respect pour les ancêtres en préservant cette tradition ancienne.

Les creux dans le corps desséché ont été habilement remplis en plaçant des coussinets de linge sous la peau. Ceci était destiné à protéger la momie du mal et à donner de la chance au Ka de la momie. Il n’avait pas seulement à lire les textes des rituels, mais. D’autres pleureurs marchaient derrière eux, et tous, hommes et femmes, exprimaient leur chagrin par des gestes dramatiques.