Mauvaises réputations: Réalités et enjeux de la stigmatisation sociale PDF, EPUB

Et s’il n’y a pas non plus, je suppose que je serai seul pour toujours.


ISBN: 2200262108.

Nom des pages: 252.

Télécharger Mauvaises réputations: Réalités et enjeux de la stigmatisation sociale gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Un stigmate, au sens originel, c’est une marque corporelle, gravée selon une pratique très ancienne au couteau ou au fer rouge. Le stigmate identifiait son porteur – criminel, félon – et était à la fois le témoin et le moyen de sa mise au ban. Dans nos sociétés modernes, des stéréotypes, une perception péjorative de la différence, une «  mauvaise réputation » sont trop souvent encore accolés à de nombreuses catégories de personnes – étrangers, obèses, SDF, handicapés, gens du voyage, etc. – et fonctionnent comme autant de stigmates et contribuant à leur exclusion.Le fait est connu. Ce qui l’est moins, et qu’il est pourtant essentiel de prendre en compte si l’on veut sortir de la condescendance et du discours idéologique, même bien intentionné, c’est la manière dont les stigmatisés voient le monde environnant, ce qu’ils ressentent, l’opinion qu’ils ont d’eux-mêmes, les stratégies qu’ils mettent en place pour échapper à ce stigmate, ou en jouer face à la société.Première synthèse des recherches de psychologie sociale sur la stigmatisation, le présent ouvrage aborde de front cette problématique. Au fil d’un parcours toujours respectueux – sous l’angle épistémologique comme sous l’angle éthique – des groupes et individus étudiés, il casse les à-peu-près, démonte les visions faussées et montre que les effets de la stigmatisation sont beaucoup plus subtils, complexes et pernicieux encore qu’il n’y paraît au premier abord. Jean-Claude Croizet, docteur en psychologie, enseigne la psychologie sociale à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Il étudie l’impact de la stigmatisation sur les performances scolaires au laboratoire de psychologie sociale de la cognition (UMR CNRS 6224). Jacques-Philippe Leyens est professeur de psychologie sociale à l’université catholique de Louvain-La-Neuve (Belgique). Ancien président de la European Association of Experimental Social Psychology, il mène actuellement des recherches sur les conflits entre groupes.
Stigmatisation et estime de soi. Émotions et groupes stigmatisés. Perceptions différentes des discriminations individuelle et groupale. Les explications cognitives. La menace du stéréotype. Les enseignants contribuent-ils aux inégalités sociales ? La construction sociale et scolaire du stigmate. Stigmates sociaux et comparaisons interpersonnelles. Laffirmation de soi et du groupe chez les personnes stigmatisées. Stigmatisation et mouvements sociaux. Conclusions générales : Les raisons d’espérer.

Le plaidoyer en tant que variable cognitive peut, et devrait probablement, être considéré comme une option de communication positive, car il aborde de nombreux points de vue les questions clés sur lesquelles les normes de responsabilité d’entreprise sont forgées et encadrées. Les victimes devraient travailler avec leurs médecins, leurs conseillers et leurs instructeurs afin de prendre le temps approprié de quitter les classes et d’autres responsabilités académiques pour se remettre de leur traumatisme. Encore une fois, cela s’est reflété dans les interactions personnelles, ainsi que dans les politiques et les pratiques du programme.

L’environnement externe est analysé selon quatre catégories: le stade pré-problème, le stade d’identification du problème, le stade du remède et du soulagement, et le stade de la prévention. Bien qu’il n’y ait pas beaucoup de travail, il y a sans aucun doute des gens qui travaillent sur ce sujet. Une stigmatisation est donc vraiment une sorte de relation spéciale entre l’attribut et le stéréotype, bien que je ne propose pas de continuer à le dire, en partie parce qu’il y a des attributs importants qui sont discrédités un peu partout dans notre société. Quand l’occasion m’a offerte, je me suis glissée dans sa chambre et je me suis couché avec lui.